AGIR

Ultimatum à l’union des groupements de la part des Bonnets roses

Suite au rassemblement d’un millier de personne le jeudi 14 janvier à Plérin où la SEF (Sauvons l’Elevage Français) a présenté son mouvement et ses revendications, le mouvement ne cesse de prendre de l’ampleur avec environ 2000 adhésions. Nous avons écouté l’ensemble des acteurs de la filière INAPORC, CRP, UGPVB, FNP et Olivier ALLAIN, vice-président du conseil régional.

Nous avons mis la pression sur les groupements pour restructurer l’organisation de la production. Après un tour de table ou chaque président de groupement s’est exprimé, il en ressort un refus catégorique de cette OP que tout le monde veut mais que personne ne veut faire.

Nous demandons un rendez-vous très rapidement auprès de Michel Bloc’h président et Jacques CROLAIS directeur de l’UGPVB. Sans réponses concrètes de leur part nous demanderons la suspension des cotisations et leur démission.

Nous sommes persuadés que la massification de l’offre permettra de créer un réel rapport de forces entre l’abattage et la production.

Les premiers contacts que nous avons eus avec les autorités de l’Etat nous confortent dans la vision et l’avenir pour la production porcine.

On réitère notre demande d’étiquetage informant l’origine de la viande dans les produits transformés.

On pose la question aux abatteurs, pourquoi ils ne profitent pas comme les Allemands et les Espagnols des aides Européennes pour le stockage privé ?

Les contacts avec les 5 grands distributeurs sont en cours avec l’ambition de promouvoir la viande française.

Restons mobilisés. Tous ensemble, on vaincra

Le mouvement SEF